Campagne Glyphosate 25

A Besançon deux campagnes de prélèvement ont eu lieu ce printemps avec plus d'une centaine de participants. Les résultats ont été communiqué et la majorité des pisseurs ont déposé plainte au tribunal de Besançon.

Une campagne nationale sans précédent

Pour mémoire, cette campagne d'ampleur nationale vise à porter plainte contre les décideurs politiques ainsi que les industriels responsables du renouvellement de mise sur le marché du glyphosate fin 2017 (cf. Extrait du texte de la plainte).

L'autre objectif est de prouver que chacun d'entre nous est en permanence en contact avec les pesticides quel que soit son cadre de vie et habitudes alimentaires et le glyphosate en est le marqueur.

Au cours des deux campagnes précédentes, quelques 120 personnes habitant la région ont déjà reçu le résultat de leurs analyses. Celles-ci révèlent des taux allant de 0,4 à 3,89 nanogrammes par millilitre.

La contamination est quotidienne. Elle n'épargne personne, à commencer par les paysans eux-mêmes.

A ce jour, à travers toute la France, environ 75 comités locaux se sont déjà constitués, et plus de 5000 personnes ont déjà déposé leur plainte auprès de leur tribunal de Grande Instance, qui se dessaisira au profit du Pôle Santé Publique de Paris.

Analyse d'urine Glyphosate 25

Le déroulement d'une session

Les sessions de prélèvement d'urines nécessitent la présence d’huissiers qui doivent valider la procédure afin d’éviter toute contestation (il convient donc de se présenter devant l’huissier en sous-vêtements ou maillot de bain).

Il est également important de se présenter a jeun et sans avoir uriner. Les premières urines du matin sont en effet les plus concentrées.

Pour bénéficier de la prise en charge par nos avocats, votre plainte devra être déposée dans le cadre de la Campagne Glyphosate.

Cette plainte est individuelle et identique pour tout le monde.

Elle est individuelle. Chaque personne porte plainte en son nom propre contre les personnes en responsabilité des firmes fabricant des pesticides à base de glyphosate et contre celles en responsabilité des organismes ayant contribué à leur mise sur le marché pendant les 3ème et 4ème trimestre 2017 et le 1er trimestre 2018. Elle est individuelle, mais portée collectivement.

Elle est identique car si l’on veut qu’elle soit jugée en un seul et même tribunal (Pôle Santé Publique du Tribunal de Grande Instance de Paris), elle doit être identique pour tout le monde. Ceci permet qu’elle soit jugée au même endroit et à moindre coût avec nos avocats, qui sont des experts très engagés.

L'analyse seule revient à 85€ auxquels il faut ajouter les frais d'huissiers et de justice qui s'élèvent à 50€, soit 135€ au total.

EXTRAIT DU TEXTE DE LA PLAINTE

(…/…) En conséquence, je porte plainte contre toute personne impliquée dans la distribution et la large diffusion dans l’environnement de molécules probablement cancérigènes de glyphosate. Parmi ces personnes, nous souhaitons que vos services vérifient l’implication des personnes suivantes :

  • Les présidents et les membres des conseils d’administration de tous les fabricants de pesticides contenant du glyphosate en charge au 3 ème et 4 èmetrimestre 2017 et au 1 er trimestre 2018,
  • Les présidents et les membres de la commission européenne en charge au 3 ème et 4 ème trimestre 2017 et au 1 er trimestre 2018,
  • Les présidents et les membres du comité d’appel de la Commission européenne en charge au 4 ème trimestre 2017,
  • Les présidents et les membres de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail en charge au 3 ème et 4 èmetrimestre 2017 et au 1 er trimestre 2018,
  • Les présidents et les membres de l’Institut fédéral allemand d’évaluation des risques en charge au 3 ème et 4 ème trimestre 2017 et au 1 er trimestre 2018,
  • Les présidents et les membres de l’Autorité européenne de sécurité des aliments en charge au 3 ème et 4 ème trimestre 2017 et au 1 er trimestre 2018,
  • Les présidents et les membres de l’Agence européenne des produits chimiques en charge au 3 ème et 4 ème trimestre 2017 et au 1 er trimestre 2018,
  • Les présidents et les membres des Laboratoires qui auraient falsifié ou tronqué les résultats de leurs analyses permettant ainsi la prolongation des mises sur lemarché des pesticides contenant du glyphosate,

POUR

  • Mise en danger de la vie d’autrui,
  • Tromperie aggravée,
  • Atteintes à l’environnement (Destruction de la biodiversité, pollution des cours d’eau, des nappes phréatiques, des sols …). Le cas échéant, en réunion. (…/…)

Pour nous contacter

Pour toute question ou inscription, n'hésitez pas à nous contacter à l'adresse suivante : campagne.glyphosate25@gmail.com

Pour plus d’informations visitez le site national  de campagne glyphosate France