Les actualités des coquelicots en Franche-Comté

Vendredi 5 juin 2020 Mobilisation des coquelicots de champlitte

Amies et amis des coquelicots,

3 mois sans rassemblement ! C’est long et pendant ce temps, les traitements chimiques vont bon train. Il est temps de se mobiliser à nouveau, de reprendre notre travail de sensibilisation. Nombreux sont nos amis, nos proches, les gens que nous côtoyons chaque jour qui n’ont pas encore compris à quel point ces poisons insidieux répandus depuis des dizaines années s’accumulent dans la terre, l’air et l’eau. Beaucoup ne voient que le côté pratique ... aller hop un petit coup de désherbant ... et la cour, la ruelle, le jardin seront bien propres ! Nous proposons de changer de lorgnette pour voir les "mauvaises herbes" d’un autre œil et savoir réapprendre à utiliser les outils qui vont bien.

Nous reprenons le contact avec Terre de Liens pour des rencontres prochaines. Nous avons un projet autour des sources, vous avez peut être lu l’article dans l’Est Républicain. Retrouvons-nous dès vendredi.

Vendredi 5 juin à 18h30, nous ne devrons pas dépasser 10 personnes et respecter les gestes barrière pour le rassemblement prévu à Champlitte place de la mairie.

1- Portons toutes et tous un masque avec un coquelicot 2- Il risque de pleuvoir … un parapluie rouge de préférence … nous rendra de toutes façons plus visibles et permettra de respecter la distance ... 3- Dès que le groupe atteint 10 personnes, 1 personne s’éloigne et va déambuler, flâner plus loin dans Champlitte avec masque et parapluie … Comme en général nous sommes autour d’une quinzaine, ceux qui s’éloigneront pourront rester à portée du regard … 4- Si possible Portez des vêtements rouges …

A vendredi. Amitiés. Anne-Laure, Marie et Anick

Coquelicots confinés en ERASMUS !

Poppie’s meeting in Ljubljana – Coquelicots rendez-vous à Ljubljana (Coquelicot : mak en slovène, maki au pluriel) ou Comment mes colocataires européens ont découvert les coquelicots. 3 avril 2020. 19h48. J’ai loupé le direct de Fabrice Nicolino mais je viens de passer un moment « coquelicoté » européen avec mes colocataires Erasmus. Récap en quelques mots.

En effet, je suis confinée en Slovénie, à Ljubljana, où je vis un Erasmus depuis septembre 2019. Je suis confinée dans mon appartement (dans mon « flatshare ») avec Melinda qui vient de Suisse (-Allemagne), Felix qui vient d’Allemagne, Jojan qui vient des Pays-Bas et Rusana de Lituanie. D’habitude on est plus de 12 dans cette appartement mais avec la pandémie et le confinement, certain-e-s ont décidé de rentrer chez eux.

Il y a une semaine, je leur ai donné à chacun-e une enveloppe dans laquelle se trouvait un bout du manifeste des coquelicots que nous lisons à chaque entrée de rassemblement. J’ai été contente de trouver une traduction anglaise sur le site officiel ! (D’ailleurs, je vais essayer de traduire le manifeste en slovène…) Et je leur ai donné rendez-vous pour le vendredi, 18h.

On s’est donc retrouvé dans la cuisine. J’ai commencé par leur montrer deux trois photos que j’avais sur mon ordinateur (par exemple sur les rassemblements de Besançon, ou encore le logo…) Je leur ai expliqué pourquoi le coquelicot, et pourquoi cette association. Je leur ai montré la carte de France remplie de petits points rouges. Je leur ai donné des exemples d’actions, d’idées qui ont fleuri avec ces rassemblements…

On a discuté brièvement. Felix se demandait pour quelle raison les pesticides ont commencé à exister, Jojan disait qu’aux Pays-Bas les agriculteurs aimeraient passer au bio (surtout pour la production du lait) mais que c’était difficile car les règles ne sont pas en leur faveur, les règles d’une agriculture organique sont difficiles. Ce qui nous a fait dire qu’on a besoin que nos gouvernements changent les règles, qu’ils accompagnent l’agriculture dans la sortie des pesticides… Parce qu’on a beau essayer de changer les choses, on a besoin du soutien politique, que ceux et celles qui décident prennent les bonnes décisions, les bons chemins…

Ensuite chacun a lu la partie du manifeste dans l’ordre. On a mis quelques graines de coquelicots (en fait, c’était les graines reçues lors d’un rassemblement à Besac l’an dernier que j’avais emmené dans mon sac pour la Slovénie) à faire pousser dans un pot, puis je suis allée planter le reste près de notre maison. Je leur ai envoyé le lien pour qu’ils et elles aillent signer la pétition s’ils et elles le souhaitent. Mes colocataires avaient l’air content-e-s de cette rencontre, et j’étais contente d’avoir pu partager ce combat avec eux, car c’est un combat qui dépasse largement les frontières francophones. Enfin, je voulais finir par une anecdote. Quand je suis allée planter les graines dehors, le ciel était rose. Je me suis dit simplement que c’était un signe, comme un nuage d’espoir. WE WANT POPPIES ! Agathe

Libérons les coquelicots

Vendredi 5 juin nous vous proposons de venir laisser une trace dans l'espace public en participant à notre immense bouquet de coquelicots ! Apportez une fleur, naturelle ou de votre confection et venez la déposer entre 18h30 et 19h30 ! Ne restons pas confiner, reprenons la route des combats qu'ils nous restent à mener ! Si cette crise a démontrer le pouvoir politique de nos gouvernements elle n'a pas réglé loin s'en faut la question des pesticides et de la qualité de notre agriculture ! Il est temps de se remobiliser et de se retrouver pour continuer la lutte ! A vendredi, venez nombreux même si c'est rapide et symbolique on a besoin de se compter pour compter !

L'association La Furieuse lance un "Festival 100% local et virtuel pour inventer Le 1er jour d'après"

Le "Festival 100% local et virtuel pour inventer Le 1er jour d'après", c’est réfléchir ensemble, imaginer et inventer un autre monde ainsi que recenser ce qui existe déjà, à notre échelle. C’est trouver et valoriser des solutions collectives, adaptées, à développer et mettre en place sans attendre. L’association La Furieuse, gérante du café-resto associatif et culturel Le Pixel à Besançon, en étroite collaboration avec de nombreux partenaires locaux, souhaite proposer un espace de réflexions. Le but ? Faire émerger des propositions concrètes d’alternatives, afin que chacun d’entre nous puisse agir sur notre destin commun, à son échelle, au sein de son propre environnement mais aussi collectivement pour peser sur les choix futurs et construire ensemble notre projet de société.

RAssemblement mensuel du 1 mai pour les coquelicots confinés de BESANCON

Confinés mais mobilisés et rassemblés les coquelicots de Besançon vous invitent à les rejoindre à 18 h 30 le vendredi 1 mai sur leur groupe facebook nous voulons des coquelicots-besancon.

TRIBUNE DE FABRICE NICOLINO DANS LE MONDE

Fabrice NICOLONO signe une tribune dans le journal le Monde version WEB, lien ci dessous et papier (sortie demain dans les kiosques).

Coronavirus : « Un moratoire sur les épandages de pesticides près des habitations est une nécessité sanitaire et morale »

Le Covid-19 peut voyager sur des microparticules, dont celles de pesticides, affirment, dans une tribune au « Monde », le mouvement Nous voulons des coquelicots, opposé aux produits phytopharmaceutiques, et son président, Fabrice Nicolino. Une raison supplémentaire, selon eux, de décréter un moratoire sur leur épandage.